Actualité,

Les Tournesols
28.04.17 › 24.06.17
vernissage : 27.04.17 – 19h

Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux et Fabio Viscogliosi

Cette exposition bénéficie de la générosité de Chromatic ® et de Seigneurie ®.

fermer

Dancing in the Studio
10.02.17 › 15.04.17
Pedro Barateiro

zoom

Les Mondes Parallèles
24.02.2016 › 12.03.2016
Exposition collective (Hors les murs : Galerie Nuage, Sfax, Tunisie)

zoom

Résident III
04.08.2012 › 31.12.2017
Juliacks

zoom

Architecture d’un atome
20.03.15 › 22.03.15
Juliacks (Hors les murs : MAC Lyon)

zoom

Architecture d’un atome (Multiples)
2015
Juliacks

zoom

Être une chose
11.12.13 › 15.02.14
Quentin Maussang

zoom

Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite
28.11.13
Juliacks

zoom

(1991-2011)
04.10.12 › 10.11.12
Exposition collective (Hors les murs : Inextenso, Clermont Ferrand, France)

zoom

Ah, ah, ah, animal
11.01.12
Quentin Maussang

zoom

Série A B Z et VHS
13.04.11 › 30.04.11
Dodeskaden

zoom

Résident I
01.04.11 › 15.02.14
Quentin Maussang

zoom

12.02.11 › 19.03.11
Olivia Boudreau

zoom

Fast and low and cheap and silly
11.12.10 › 22.01.11
Aggtelek

zoom

23.09.10 › 02.10.10
Éléonore Saintagnan

zoom

A Limoncello Punctuation Programme
16.09.10 › 18.09.10
Exposition collective

zoom
<p>Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : exposition <em>Dancing in the Dtudio</em>, 2017. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : exposition Dancing in the Dtudio, 2017. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : <strong><em>Systems and Fingers</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : Systems and Fingers, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : <strong><em>Systems and Fingers</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : Systems and Fingers, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : exposition <em>Dancing in the Dtudio</em>, 2017. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : exposition Dancing in the Dtudio, 2017. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite :<strong><em> Relaxed Systtems</em></strong>, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin, <strong><em>Rumor Bench III</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm, <strong><em>Dancing in the Studio (Protest), </em></strong>2016<strong>,</strong> MDF, ciment, vernis, impression numérique sur Dos bleu, 176x246cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Relaxed Systtems, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin, Rumor Bench III, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm, Dancing in the Studio (Protest), 2016, MDF, ciment, vernis, impression numérique sur Dos bleu, 176x246cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite :<strong><em> Relaxed Systtems</em></strong>, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin, <strong><em>Rumor Bench III</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Relaxed Systtems, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin, Rumor Bench III, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Relaxed Systtems</em></strong>, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Relaxed Systtems, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Relaxed Systtems </em></strong>(détail), 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Relaxed Systtems (détail), 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Relaxed Systtems </em></strong>(détail), 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Relaxed Systtems (détail), 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite :<strong><em> Rumor Bench III</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm, <strong><em>Dancing in the Studio (Protest)</em></strong>, 2016 – MDF, ciment, vernis, impression numérique sur Dos bleu, 176x246cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Rumor Bench III, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm, Dancing in the Studio (Protest), 2016 – MDF, ciment, vernis, impression numérique sur Dos bleu, 176x246cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue du bureau : <strong><em>Geometria e Exotismo</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue du bureau : Geometria e Exotismo, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue du bureau : <strong><em>Geometria e Exotismo</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue du bureau : Geometria e Exotismo, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue de la montée d’escalier : <strong><em>Rumour Workers Hat</em></strong> et <strong><em>Change the Algorithm</em></strong>, images issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue de la montée d’escalier : Rumour Workers Hat et Change the Algorithm, images issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue de la montée d’escalier : <strong><em>Rumour Workers Hat</em></strong> et <strong><em>Change the Algorithm</em></strong>, images issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue de la montée d’escalier : Rumour Workers Hat et Change the Algorithm, images issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite : <strong><em>Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) </em></strong>(détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’, <strong><em>Rumor Bench IV</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis, 143x32x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) (détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’, Rumor Bench IV, 2017, MDF, bois, ciment, vernis, 143x32x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite : <strong><em>Today our eyes are closed</em></strong>, 2010, film 16mm converti en vidéo, noir et blanc, son, 10’13’’ (et <strong><em>Currency, currency</em></strong>, 2016, animation vidéo, couleur, son, 5’55’’), <strong><em>Rumor Bench IV</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis, 143x32x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Today our eyes are closed, 2010, film 16mm converti en vidéo, noir et blanc, son, 10’13’’ (et Currency, currency, 2016, animation vidéo, couleur, son, 5’55’’), Rumor Bench IV, 2017, MDF, bois, ciment, vernis, 143x32x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite : <strong><em>Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) </em></strong>(détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’, <strong><em>Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) (détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’, Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, à gauche : <strong><em>Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s</em></strong>, à droite, vue des toilettes : <strong><em>Duvida Press Book Cover</em></strong>, images issues du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, à gauche : Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s, à droite, vue des toilettes : Duvida Press Book Cover, images issues du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) </em></strong>(détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) (détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

fermer
<p>Camille Laurelli, <strong><em>I believe I can fly</em></strong>, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 1’13 ». Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles,</em> Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

Camille Laurelli, I believe I can fly, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 1’13 ». Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>Hugo Exbrayat, <strong><em>Entre deux eaux</em></strong>, 2004, vidéo, couleur, sonore, durée 12″. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

Hugo Exbrayat, Entre deux eaux, 2004, vidéo, couleur, sonore, durée 12″. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>(De gauche à droite) Selim Birsel, <strong><em>Craniopagus conjoined twin mushroom</em></strong>, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 4’47. Mikaël Belmonte, <strong><em>Moteur V8</em></strong>, 2013, Grue d’atelier, écran plasma, sangles. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

(De gauche à droite) Selim Birsel, Craniopagus conjoined twin mushroom, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 4’47. Mikaël Belmonte, Moteur V8, 2013, Grue d’atelier, écran plasma, sangles. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>Baptiste Croze & Léo Durand, <strong><em>Tango Z.A</em></strong>, 2012, vidéo HDV, couleur, sonore, durée 2′. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

Baptiste Croze & Léo Durand, Tango Z.A, 2012, vidéo HDV, couleur, sonore, durée 2′. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>Georges Rey, <strong><em>Fleurs</em></strong>, 1979, Film 16mm, couleur, silencieux, durée 12′. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles,</em> Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

Georges Rey, Fleurs, 1979, Film 16mm, couleur, silencieux, durée 12′. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>(De gauche à droite) Georges Rey, <strong><em>Fleurs</em></strong>, 1979, Film 16mm, couleur, silencieux, durée 12′. Laurent Faulon, <strong><em>Masse critique</em></strong>, 2008, vidéo, couleur, durée 5′. Camille Laurelli, <strong><em>I believe I can fly</em></strong>, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 1’13 ». Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

(De gauche à droite) Georges Rey, Fleurs, 1979, Film 16mm, couleur, silencieux, durée 12′. Laurent Faulon, Masse critique, 2008, vidéo, couleur, durée 5′. Camille Laurelli, I believe I can fly, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 1’13 ». Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>(De gauche à droite) Baptiste Croze & Léo Durand, <strong><em>Tango Z.A</em></strong>, 2012, vidéo HDV, couleur, sonore, durée 2′. Linda Sanchez, <strong><em>11752 mètres et des poussières…</em></strong>, 2014, Film Blu-Ray, couleur, sonore, durée 71′. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

(De gauche à droite) Baptiste Croze & Léo Durand, Tango Z.A, 2012, vidéo HDV, couleur, sonore, durée 2′. Linda Sanchez, 11752 mètres et des poussières…, 2014, Film Blu-Ray, couleur, sonore, durée 71′. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

fermer
<p>Juliacks, <strong><em>Achitecture d’un Atome</em></strong>, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks</p>

Juliacks, Achitecture d’un Atome, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks

<p>Juliacks, <strong><em>Achitecture d’un Atome</em></strong>, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks</p>

Juliacks, Achitecture d’un Atome, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks

<p>Juliacks, <strong><em>Achitecture d’un Atome</em></strong>, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks</p>

Juliacks, Achitecture d’un Atome, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks

<p>Juliacks, <strong><em>Achitecture d’un Atome</em></strong>, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks</p>

Juliacks, Achitecture d’un Atome, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks

<p>Juliacks, <strong><em>Achitecture d’un Atome</em></strong>, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks</p>

Juliacks, Achitecture d’un Atome, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks

<p>Juliacks, <strong><em>Achitecture d’un Atome</em></strong>, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks</p>

Juliacks, Achitecture d’un Atome, image extraite du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks

<p>Juliacks, <strong><em>Achitecture d’un Atome</em></strong>, affiche du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks</p>

Juliacks, Achitecture d’un Atome, affiche du film de fiction, 62 minutes, format original : vidéo HD, mini DV, 16mm et 8mm. Co-produit par : Néon (Lyon), La Box (Bourges), Florian Michelli et Juliacks. Octobre 2014. © Juliacks

fermer
<p>Vue de l’exposition<em> Architecture d’un atome</em>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon.

<p>Juliacks, <b><i>Chapitre 1 : La Ballade de Tribulations Compulsive</i></b> (détail), 2013-2014, encre, estampe monotype, aquarelle sur papier, 50x65cm, série de 34 dessins / impressions. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, Chapitre 1 : La Ballade de Tribulations Compulsive (détail), 2013-2014, encre, estampe monotype, aquarelle sur papier, 50x65cm, série de 34 dessins / impressions. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Juliacks, <b><i>End Leaves</i></b>, acrylique, encre, terre sur toile, 288x159cm. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, End Leaves, acrylique, encre, terre sur toile, 288x159cm. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Hayley Quentin, <b><i>The deep end</i></b>, 2015, peinture sur carton, dimensions variables. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Hayley Quentin, The deep end, 2015, peinture sur carton, dimensions variables. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Juliacks, <b><i>Vantaa & the Infinite Whistle</i></b>, 2012, vidéo, couleur, 5 min 06, Format original : 8mm, transféré en vidéo, série <i>Sifflet Infini</i>. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, Vantaa & the Infinite Whistle, 2012, vidéo, couleur, 5 min 06, Format original : 8mm, transféré en vidéo, série Sifflet Infini. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Juliacks, <b><i>Lyon</i></b> <b><i>Sifflet Infini</i></b>, 2014, vidéo, couleur, 4 min 41, Format original : HD Video, série <i>Sifflet Infini</i>. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, Lyon Sifflet Infini, 2014, vidéo, couleur, 4 min 41, Format original : HD Video, série Sifflet Infini. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Œuvre participative, <b><i>Les masques des conflits culturels</i></b>, installation et performance, carton, peinture, plume, élastique, dimensions variables. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Œuvre participative, Les masques des conflits culturels, installation et performance, carton, peinture, plume, élastique, dimensions variables. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Juliacks, <b><i>Architecture d’un atome</i></b>, 2015, film de fiction, couleur, 62 min, Format original : vidéo HAD, mini DV, 16mm et 8mm. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, Architecture d’un atome, 2015, film de fiction, couleur, 62 min, Format original : vidéo HAD, mini DV, 16mm et 8mm. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

fermer
<p>Juliacks, <strong><em>Atlas </em></strong>(détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016</p>

Juliacks, Atlas (détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas</em></strong>, 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Atlas, 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas</em></strong>, 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Atlas, 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas </em></strong>(détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016</p>

Juliacks, Atlas (détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas </em></strong>(détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016</p>

Juliacks, Atlas (détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas </em></strong>(détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016</p>

Juliacks, Atlas (détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre, 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre </em></strong>(détail), 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre (détail), 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre </em></strong>(détail), 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre (détail), 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre, 2015, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, affiche, impression numérique en couleur, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre, 2015, affiche, impression numérique en couleur, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>(De gauche à droite) : Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2013, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, affiche, impression numérique en couleur, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

(De gauche à droite) : Juliacks, Sans Titre, 2015, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Juliacks, Sans Titre, 2013, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Juliacks, Sans Titre, 2015, affiche, impression numérique en couleur, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Tableau Vivant</em></strong>, livret, papier, carton, impression numérique en noir et blanc, 20x14cm. Photo : JRM / Néon, 2012.</p>

Juliacks, Tableau Vivant, livret, papier, carton, impression numérique en noir et blanc, 20x14cm. Photo : JRM / Néon, 2012.

fermer
<p>Quentin Maussang, <b><i>Yo</i></b>, 2013,  feutre sur papier encadré, 26,5×32,5cm. Vue de l’exposition <i>Être une chose</i>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.</p>

Quentin Maussang, Yo, 2013,  feutre sur papier encadré, 26,5×32,5cm. Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.

<p>Quentin Maussang, <b><i>Paresseux au fond de la jungle</i></b>, 2013, acrylique sur toile, 100x50cm. Vue de l’exposition <i>Être une chose</i>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.</p>

Quentin Maussang, Paresseux au fond de la jungle, 2013, acrylique sur toile, 100x50cm. Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.

<p>Vue de l’exposition <em>Être une chose</em>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Maxime Rizard / Néon, 2013.</p>

Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Maxime Rizard / Néon, 2013.

<p>Vue de l’exposition <em>Être une chose</em>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Maxime Rizard / Néon, 2013.</p>

Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Maxime Rizard / Néon, 2013.

<p>Quentin Maussang, <b><i>Crépuscule</i></b>, 2013, acrylique sur toile, 80x60cm. Vue de l’exposition <i>Être une chose</i>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.</p>

Quentin Maussang, Crépuscule, 2013, acrylique sur toile, 80x60cm. Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.

<p>Quentin Maussang, <b><i>Accident de la route</i></b>, 2013, coupure de presse encadrée, 20x15cm. Vue de l’exposition <i>Être une chose</i>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.</p>

Quentin Maussang, Accident de la route, 2013, coupure de presse encadrée, 20x15cm. Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.

<p>(De gauche à droite) : Quentin Maussang, <b><i>La Nationale</i></b>, 2013, stylo bille, aquarelle et feutre, 29,7x21cm ; Quentin Maussang, <b><i>La bête</i></b>, 2013, stylo bille, aquarelle et feutre, 29,7x21cm. Vue de l’exposition <i>Être une chose</i>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.</p>

(De gauche à droite) : Quentin Maussang, La Nationale, 2013, stylo bille, aquarelle et feutre, 29,7x21cm ; Quentin Maussang, La bête, 2013, stylo bille, aquarelle et feutre, 29,7x21cm. Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.

<p>Vue de l’exposition <em>Être une chose</em>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Maxime Rizard / Néon, 2013.</p>

Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Maxime Rizard / Néon, 2013.

<p>Quentin Maussang, <b><i>Atmosphérique</i></b>, 2013, stylo bille, aquarelle et feutre, 32×23,5cm. Vue de l’exposition <i>Être une chose</i>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.</p>

Quentin Maussang, Atmosphérique, 2013, stylo bille, aquarelle et feutre, 32×23,5cm. Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.

<p>Quentin Maussang, <b><i>Goodbye Farewell</i></b>, 2013, aquarelle et feutre encadrée, 31x26cm. Vue de l’exposition <i>Être une chose</i>, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.</p>

Quentin Maussang, Goodbye Farewell, 2013, aquarelle et feutre encadrée, 31x26cm. Vue de l’exposition Être une chose, Néon, Lyon, 2014. Photo : Néon, 2013.

fermer
<p>Juliacks, <strong><em>Architecture d’un atome</em></strong> <strong><em>: Winnipeg whistles infinite</em></strong>, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement <em>Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite</em>, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.</p>

Juliacks, Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.

<p>Juliacks, <strong><em>Architecture d’un atome</em></strong> <strong><em>: Winnipeg whistles infinite</em></strong>, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement <em>Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite</em>, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.</p>

Juliacks, Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.

<p>Juliacks, <strong><em>Architecture d’un atome</em></strong> <strong><em>: Winnipeg whistles infinite</em></strong>, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement <em>Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite</em>, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.</p>

Juliacks, Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.

<p>Juliacks, <strong><em>Architecture d’un atome</em></strong> <strong><em>: Winnipeg whistles infinite</em></strong>, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement <em>Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite</em>, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.</p>

Juliacks, Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.

<p>Juliacks, <strong><em>Architecture d’un atome</em></strong> <strong><em>: Winnipeg whistles infinite</em></strong>, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement <em>Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite</em>, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.</p>

Juliacks, Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.

<p>Juliacks, <strong><em>Architecture d’un atome</em></strong> <strong><em>: Winnipeg whistles infinite</em></strong>, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement <em>Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite</em>, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.</p>

Juliacks, Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.

<p>Juliacks, <strong><em>Architecture d’un atome</em></strong> <strong><em>: Winnipeg whistles infinite</em></strong>, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement <em>Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite</em>, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.</p>

Juliacks, Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, 2013, performance, vidéo. Vue de l’évènement Architecture d’un atome : Winnipeg whistles infinite, Néon, Lyon, 2013. Photo : Néon, 2013.

fermer
<p>Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, image extraite de la vidéo, 45min.</p>

Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, image extraite de la vidéo, 45min.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, image extraite de la vidéo, 25min.</p>

Quentin Maussang, commune, 2011, image extraite de la vidéo, 25min.

<p>Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, commune, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, commune, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, commune, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, commune, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

fermer
<p>Quentin Maussang, <strong><em>Ah, ah, ah, animal</em></strong>, 2012, moniteurs, lecteurs dvd, bois. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Ah, ah, ah, animal, 2012, moniteurs, lecteurs dvd, bois. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Ah, ah, ah, animal</em></strong>, 2012, moniteurs, lecteurs dvd, bois. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Ah, ah, ah, animal, 2012, moniteurs, lecteurs dvd, bois. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, pâte à modeler, ficelle, acrylique sur toile. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, pâte à modeler, ficelle, acrylique sur toile. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, pâte à modeler, ficelle, acrylique sur toile. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, pâte à modeler, ficelle, acrylique sur toile. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Le singe</em></strong>, 2012, vidéo en boucle, 51 secondes. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Le singe, 2012, vidéo en boucle, 51 secondes. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Masque</em></strong>, 2012, carton peint, ficelle, 40x50cm. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Masque, 2012, carton peint, ficelle, 40x50cm. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition <em>Ah, ah, ah, animal</em>, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Quentin Maussang, Sans titre, 2012, aquarelle, 24x32cm. Vue de l’exposition Ah, ah, ah, animal, Néon, Lyon, 2012. Photo : Maxime Rizard / Néon.

fermer
<p>Vue de l’exposition <em>Série A B Z et VHS</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition Série A B Z et VHS, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>Série A B Z et VHS</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition Série A B Z et VHS, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>Série A B Z et VHS</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition Série A B Z et VHS, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>Série A B Z et VHS</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition Série A B Z et VHS, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Dodeskaden, accrochage quotidien (ici le 14.04.11) de la collection d’affiche de Marco XXX. Vue de l’exposition <em>Série A B Z et VHS</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Dodeskaden, accrochage quotidien (ici le 14.04.11) de la collection d’affiche de Marco XXX. Vue de l’exposition Série A B Z et VHS, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Dodeskaden, accrochage quotidien (ici le 22.04.11) de la collection d’affiche de Marco XXX. Vue de l’exposition <em>Série A B Z et VHS</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Dodeskaden, accrochage quotidien (ici le 22.04.11) de la collection d’affiche de Marco XXX. Vue de l’exposition Série A B Z et VHS, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Madame Lapin, série d’affiches sérigraphiées par Madame Lapin. Vue de l’exposition <em>Série A B Z et VHS</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Madame Lapin, série d’affiches sérigraphiées par Madame Lapin. Vue de l’exposition Série A B Z et VHS, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>Série A B Z et VHS</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition Série A B Z et VHS, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>Série A B Z et VHS</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition Série A B Z et VHS, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

fermer
<p>Quentin Maussang, <strong><em>sans titre</em></strong>, 2014, dessin, 21×29,7cm.</p>

Quentin Maussang, sans titre, 2014, dessin, 21×29,7cm.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>sans titre</em></strong> (détail), 2013, dessin, 21×29,7cm.</p>

Quentin Maussang, sans titre (détail), 2013, dessin, 21×29,7cm.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>sans titre</em></strong>, 2013, vidéo couleur, muet, 14min32.</p>

Quentin Maussang, sans titre, 2013, vidéo couleur, muet, 14min32.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>Mouche</em></strong>, 2013, vidéo couleur et son, 6min51.</p>

Quentin Maussang, Mouche, 2013, vidéo couleur et son, 6min51.

fermer
<p>Olivia Boudreau, <strong><em>Le bain</em></strong>, 2010, film 16mm numérisé, couleur, son, 23 min. Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Olivia Boudreau, Le bain, 2010, film 16mm numérisé, couleur, son, 23 min. Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Olivia Boudreau, <strong><em>Le bain</em></strong>, 2010, film 16mm numérisé, couleur, son, 23 min. Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : Olivia Boudreau / Néon.</p>

Olivia Boudreau, Le bain, 2010, film 16mm numérisé, couleur, son, 23 min. Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : Olivia Boudreau / Néon.

<p>Olivia Boudreau, <strong><em>Les enfants</em></strong>, 2011,séquence HD, couleur, silence, 13 min. Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : Olivia Boudreau / Néon.</p>

Olivia Boudreau, Les enfants, 2011,séquence HD, couleur, silence, 13 min. Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : Olivia Boudreau / Néon.

<p>Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : Olivia Boudreau / Néon.</p>

Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : Olivia Boudreau / Néon.

<p>Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Poster édité par Art3, Valence, verso : entretien entre Olivia Boudreau et Sylvie Vojik. Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Poster édité par Art3, Valence, verso : entretien entre Olivia Boudreau et Sylvie Vojik. Vue de l’exposition d’Olivia Boudreau, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

fermer
<p>Aggtelek, <strong><em>Fast and low and cheap and silly</em></strong>, 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Fast and low and cheap and silly, 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

<p>Aggtelek, <strong><em>Fast and low and cheap and silly</em></strong>, 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Fast and low and cheap and silly, 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

<p>Aggtelek, <strong><em>Fast and low and cheap and silly</em></strong> (détail), 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Fast and low and cheap and silly (détail), 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

<p>Aggtelek, <strong><em>Fast and low and cheap and silly</em></strong> (détail), 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Fast and low and cheap and silly (détail), 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

<p>Aggtelek, <strong><em>Fast and low and cheap and silly</em></strong> (détail), 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Fast and low and cheap and silly (détail), 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

<p>Aggtelek, <strong><em>Fast and low and cheap and silly</em></strong> (détail), 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Fast and low and cheap and silly (détail), 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

<p>Aggtelek, <strong><em>Notre Suckin’ Monde</em></strong>, 2010, vidéo, 5min25. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Notre Suckin’ Monde, 2010, vidéo, 5min25. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

<p>Aggtelek, <strong><em>Notre Suckin’ Monde</em></strong>, 2010, vidéo, 5min25. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Notre Suckin’ Monde, 2010, vidéo, 5min25. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

<p>Aggtelek, <strong><em>Notre Suckin’ Monde</em></strong>, 2010, vidéo, 5min25. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Notre Suckin’ Monde, 2010, vidéo, 5min25. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

<p>Aggtelek, <strong><em>Fast and low and cheap and silly</em></strong>, 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition <em>Fast and low and cheap and silly</em>, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.</p>

Aggtelek, Fast and low and cheap and silly, 2010, impressions numériques, papier journal, peinture à l’huile, canapé. Vue de l’exposition Fast and low and cheap and silly, Néon, Lyon, 2011. Photo : Aggtelek / Néon.

fermer
<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Un film abécédaire</em></strong>, 2010, vidéo HD, 22min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.</p>

Éléonore Saintagnan, Un film abécédaire, 2010, vidéo HD, 22min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Le Cercle</em></strong>, 2009, vidéo DV, 55min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.</p>

Éléonore Saintagnan, Le Cercle, 2009, vidéo DV, 55min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Le Cercle</em></strong>, 2009, vidéo DV, 55min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.</p>

Éléonore Saintagnan, Le Cercle, 2009, vidéo DV, 55min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Le Cercle</em></strong>, 2009, vidéo DV, 55min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.</p>

Éléonore Saintagnan, Le Cercle, 2009, vidéo DV, 55min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Le Cercle</em></strong>, 2009, vidéo DV, 55min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.</p>

Éléonore Saintagnan, Le Cercle, 2009, vidéo DV, 55min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Les petites personnes</em></strong>, 2003, vidéo DV, 17min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.</p>

Éléonore Saintagnan, Les petites personnes, 2003, vidéo DV, 17min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Les petites personnes</em></strong>, 2003, vidéo DV, 17min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.</p>

Éléonore Saintagnan, Les petites personnes, 2003, vidéo DV, 17min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Les petites personnes</em></strong>, 2003, vidéo DV, 17min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.</p>

Éléonore Saintagnan, Les petites personnes, 2003, vidéo DV, 17min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Les petites personnes</em></strong>, 2003, vidéo DV, 17min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.</p>

Éléonore Saintagnan, Les petites personnes, 2003, vidéo DV, 17min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.

<p>Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Lacan La Chenille</em></strong>, 2008, vidéo trafiquée (found footage), 4min38. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.</p>

Éléonore Saintagnan, Lacan La Chenille, 2008, vidéo trafiquée (found footage), 4min38. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Chute magyare</em></strong>, 2002, vidéo DV, 3min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.</p>

Éléonore Saintagnan, Chute magyare, 2002, vidéo DV, 3min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Michel (Histoires)</em></strong>, 2007, vidéo, Beta numérique, 7min30. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.</p>

Éléonore Saintagnan, Michel (Histoires), 2007, vidéo, Beta numérique, 7min30. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.

<p>Éléonore Saintagnan, <strong><em>Un film abécédaire</em></strong>, 2010, vidéo HD, 22min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.</p>

Éléonore Saintagnan, Un film abécédaire, 2010, vidéo HD, 22min. Vue de l’exposition d’Éléonore Saintagnan, Néon, Lyon, 2010.

fermer
<p>Jack Strange, <strong><em>Fat Laptop</em></strong>, 2009, macbook, margarine. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Jack Strange, Fat Laptop, 2009, macbook, margarine. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Jack Strange, <strong><em>Maya Maya Maya</em></strong>, 2007, crochets, Indian Deity Eyes. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Jack Strange, Maya Maya Maya, 2007, crochets, Indian Deity Eyes. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Jack Strange, <strong><em>It’s called « The Man in the Leg doesn’t want to be »</em></strong>, 2009, argile, feutre, lecteur vidéo, écran LCD, vidéo de 3min en boucle. Joséphine Flynn, <strong><em>Easy Tit, African Elephant and Boob Board – (work in progress)</em></strong>, 2010, MDF, glue, journaux. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Jack Strange, It’s called « The Man in the Leg doesn’t want to be », 2009, argile, feutre, lecteur vidéo, écran LCD, vidéo de 3min en boucle. Joséphine Flynn, Easy Tit, African Elephant and Boob Board – (work in progress), 2010, MDF, glue, journaux. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Jack Strange, <strong><em>It’s called « The Man in the Leg doesn’t want to be »</em></strong> (détail), 2009, argile, feutre, lecteur vidéo, écran LCD, vidéo de 3min en boucle. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Jack Strange, It’s called « The Man in the Leg doesn’t want to be » (détail), 2009, argile, feutre, lecteur vidéo, écran LCD, vidéo de 3min en boucle. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Joséphine Flynn, <strong><em>sans titre</em></strong>, 2009, intervention au feutre sur impression laser, A4. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Joséphine Flynn, sans titre, 2009, intervention au feutre sur impression laser, A4. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Joséphine Flynn, <strong><em>sans titre</em></strong>, 2009, intervention au feutre sur impression laser, A4. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Joséphine Flynn, sans titre, 2009, intervention au feutre sur impression laser, A4. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Jack Strange, <strong><em>Cosmic Orifice (Sing, Sing, Sing, Beautiful Thing)</em></strong>, 2009, chaussette de l’artiste. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Jack Strange, Cosmic Orifice (Sing, Sing, Sing, Beautiful Thing), 2009, chaussette de l’artiste. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Joséphine Flynn, <strong><em>PhoneSex</em></strong>, 2009, vidéo sur moniteur, 1min20. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Joséphine Flynn, PhoneSex, 2009, vidéo sur moniteur, 1min20. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Joséphine Flynn, <strong><em>Shitfish</em></strong>, 2009, vidéo sur moniteur, 5min. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Joséphine Flynn, Shitfish, 2009, vidéo sur moniteur, 5min. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Joséphine Flynn, <strong><em>The Plant (II)</em></strong>, 2009, dessin stylo bille sur papier, scotch, 20×12,5cm. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Joséphine Flynn, The Plant (II), 2009, dessin stylo bille sur papier, scotch, 20×12,5cm. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Joséphine Flynn, <strong><em>Bubblegum (still)</em></strong>, 2009, boucle vidéo sur moniteur, 15min. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Joséphine Flynn, Bubblegum (still), 2009, boucle vidéo sur moniteur, 15min. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Joséphine Flynn, <strong><em>Bubblegum (still)</em></strong>, 2009, boucle vidéo sur moniteur, 15min. Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Joséphine Flynn, Bubblegum (still), 2009, boucle vidéo sur moniteur, 15min. Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>A Limoncello Punctuation Programme</em> de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.</p>

Vue de l’exposition A Limoncello Punctuation Programme de Limoncello avec Joséphine Flynn et Jack Strange, Néon, Lyon, 2010. Photo : Maxime Rizard / Néon.

fermer