Actualité,

Sur la façade, pour 2 ou 3 mois !
Damir Radović
No More …

Damir Radović
No More …
Info fr (pdf) / Info eng (pdf)

Damir Radović
No More …
(Visuel : NKB, Berlin, 2011)

Juliacks
Architecture of an Atom
(Bande Dessinée)

Juliacks
Architecture of an Atom
bande annonce de la BD

Info fr (pdf)
Info eng (pdf)

Juliacks
Architecture of an Atom
bande annonce de la BD

Info fr (pdf)
Info eng (pdf)

Juliacks
Architecture of an Atom
bande annonce de la BD

Info fr (pdf)
Info eng (pdf)

fermer

Very Small Deal #10
Hibou boubou, 2015
Anthony Jacquot-Boeykens

zoom

Problème et tarot
15.01.15 › 21.03.15
Anthony Jacquot-Boeykens

zoom

Résident II
08.09.12 › 09.02.14
Benjamin Collet & Pierre Gaignard

zoom
<p>Anthony Jacquot-Boeykens, <em>Very Small Deal #10<strong>, Hibou boubou</strong></em>, 2015, photocopie, A4, 60 exemplaires numérotés et signés. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Anthony Jacquot-Boeykens, Very Small Deal #10, Hibou boubou, 2015, photocopie, A4, 60 exemplaires numérotés et signés. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

fermer
<p>Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Re-re-Garçon-coquillage</i></b>, 2015, peinture à l’huile sur pvc expansé, 143 x 168 cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Re-re-Garçon-coquillage, 2015, peinture à l’huile sur pvc expansé, 143 x 168 cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Familiale-cola-torrent</i></b> (détail), 2015, bois mélaminé blanc, pvc expansé, caramel, encre de seiche, fils de fer, fils d’étain, chevron de bois, boîtes de «Vache qui rit » et mortier, dimensions variables ici : 223 x 323 x 62 cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Familiale-cola-torrent (détail), 2015, bois mélaminé blanc, pvc expansé, caramel, encre de seiche, fils de fer, fils d’étain, chevron de bois, boîtes de «Vache qui rit » et mortier, dimensions variables ici : 223 x 323 x 62 cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>(Du premier au second plan) : Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Tourbillon-donut</i></b>, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm, <b><i>Familiale-cola-torrent</i></b> (détail), 2015, bois mélaminé blanc, pvc expansé, caramel, encre de seiche, fils de fer, fils d’étain, chevron de bois, boîtes de «Vache qui rit » et mortier, dimensions variables ici : 223 x 323 x 62 cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

(Du premier au second plan) : Anthony Jacquot Boeykens, Tourbillon-donut, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm, Familiale-cola-torrent (détail), 2015, bois mélaminé blanc, pvc expansé, caramel, encre de seiche, fils de fer, fils d’étain, chevron de bois, boîtes de «Vache qui rit » et mortier, dimensions variables ici : 223 x 323 x 62 cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Tourbillon-donut</i></b>, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Tourbillon-donut, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Casse-croute</i></b>, 2015, boîte de «Vache qui rit », caramel, fil d’étain, lacet, briquet et ficelle, 15x11cm, <b><i>Tourbillon-donut</i></b>, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Casse-croute, 2015, boîte de «Vache qui rit », caramel, fil d’étain, lacet, briquet et ficelle, 15x11cm, Tourbillon-donut, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Tirage en croix</i></b>, 2014, peinture à l’huile sur pvc expansé, fil de fer, ficelle, carton, pastel à l’huile, 143x168x2cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Tirage en croix, 2014, peinture à l’huile sur pvc expansé, fil de fer, ficelle, carton, pastel à l’huile, 143x168x2cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

fermer
<p>Benjamin Collet & Pierre Gaignard feat. Wade Guyton & Kelley Walker, <strong><em>Rihanna et Nicki ne seront jamais nos girlfriends</em></strong>, 2013, peinture, bombes aérosol, boîtes de conserve. <em>Etudes pour un multiplex décomplexé (</em>Etude #11), résidence de Benjamin Collet & Pierre Gaignard chez Néon, 2012 et 2014. Photo : Benjamin Collet & Pierre Gaignard / Néon.</p>

Benjamin Collet & Pierre Gaignard feat. Wade Guyton & Kelley Walker, Rihanna et Nicki ne seront jamais nos girlfriends, 2013, peinture, bombes aérosol, boîtes de conserve. Etudes pour un multiplex décomplexé (Etude #11), résidence de Benjamin Collet & Pierre Gaignard chez Néon, 2012 et 2014. Photo : Benjamin Collet & Pierre Gaignard / Néon.

<p>Benjamin Collet & Pierre Gaignard feat. Christopher Wool, <strong><em>Rather Ripped</em></strong>, 2013, peinture, noix de coco, sérigraphie sur vitre. <em>Etudes pour un multiplex décomplexé (</em>Etude #12), résidence de Benjamin Collet & Pierre Gaignard chez Néon, 2012 et 2014. Photo : Benjamin Collet & Pierre Gaignard / Néon.</p>

Benjamin Collet & Pierre Gaignard feat. Christopher Wool, Rather Ripped, 2013, peinture, noix de coco, sérigraphie sur vitre. Etudes pour un multiplex décomplexé (Etude #12), résidence de Benjamin Collet & Pierre Gaignard chez Néon, 2012 et 2014. Photo : Benjamin Collet & Pierre Gaignard / Néon.

<p>Benjamin Collet & Pierre Gaignard feat. Alexander McQueen, <strong><em>Flotter sur le porteur et l’ombrage</em></strong>, 2013, peinture, dessin sur papier, cadre. <em>Etudes pour un multiplex décomplexé (</em>Etude #14), résidence de Benjamin Collet & Pierre Gaignard chez Néon, 2012 et 2014. Photo : Benjamin Collet & Pierre Gaignard / Néon.</p>

Benjamin Collet & Pierre Gaignard feat. Alexander McQueen, Flotter sur le porteur et l’ombrage, 2013, peinture, dessin sur papier, cadre. Etudes pour un multiplex décomplexé (Etude #14), résidence de Benjamin Collet & Pierre Gaignard chez Néon, 2012 et 2014. Photo : Benjamin Collet & Pierre Gaignard / Néon.

<p>Benjamin Collet & Pierre Gaignard feat. Panamarenko, <strong><em>Manuel illustré pour idéaliste isolé</em></strong>, 2013, peinture, dessin sur papier, cadre. <em>Etudes pour un multiplex décomplexé (</em>Etude #13), résidence de Benjamin Collet & Pierre Gaignard chez Néon, 2012 et 2014. Photo : Benjamin Collet & Pierre Gaignard / Néon.</p>

Benjamin Collet & Pierre Gaignard feat. Panamarenko, Manuel illustré pour idéaliste isolé, 2013, peinture, dessin sur papier, cadre. Etudes pour un multiplex décomplexé (Etude #13), résidence de Benjamin Collet & Pierre Gaignard chez Néon, 2012 et 2014. Photo : Benjamin Collet & Pierre Gaignard / Néon.

fermer