Actualité,

Nouveaux horaires : 17h > 21h

New opening hours : 5pm > 9pm

Adrien Vescovi
For The Memory Of a Live Time

16.09.17 › 20.01.18
vernissage : 16.09.17 – 15h

Adrien Vescovi
For The Memory Of a Live Time
(vue de l’exposition, sept. 2017)

info fr (pdf) / info eng (pdf)
images (tumblr artiste)
events & like (fb)

Adrien Vescovi
For The Memory Of a Live Time
(vue de l’exposition, sept. 2017)

info fr (pdf) / info eng (pdf)
images (tumblr artiste)
events & like (fb)

Adrien Vescovi
For The Memory Of a Live Time
(vue d’atelier, août 2017)

info fr (pdf) / info eng (pdf)
images (tumblr artiste)
events & like (fb)

fermer

Les Tournesols
28.04.17 › 24.06.17
Frédéric Houvert invite :

zoom

Les Mondes Parallèles
24.02.2016 › 12.03.2016
Exposition collective (Hors les murs : Galerie Nuage, Sfax, Tunisie)

zoom

Architecture d’un atome
20.03.15 › 22.03.15
Juliacks (Hors les murs : MAC Lyon)

zoom

Architecture d’un atome (Multiples)
2015
Juliacks

zoom

Problème et tarot
15.01.15 › 21.03.15
Anthony Jacquot-Boeykens

zoom

(1991-2011)
04.10.12 › 10.11.12
Exposition collective (Hors les murs : Inextenso, Clermont Ferrand, France)

zoom

17.06.11 › 23.07.11
Simon Bergala

zoom

Points Noirs
25.11.10 › 04.12.10
Olivier Morvan

zoom

Jean-Alain Corre et Simon Feydieu
09.01.09 > 24.01.09
Mineral Murder

zoom
<p>Frédéric Houvert & Fabio Viscogliosi, <strong><em>Trois Orphelins vs Dracaena</em></strong>, 2017, photocopie, 42×29,7cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert & Fabio Viscogliosi, Trois Orphelins vs Dracaena, 2017, photocopie, 42×29,7cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Frédéric Houvert, <strong><em>Sans titre (pochoir), </em></strong> 2016 – porcelaine, silicone noir, environ 32x22cm. Vue extérieur de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert, Sans titre (pochoir), 2016 – porcelaine, silicone noir, environ 32x22cm. Vue extérieur de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Vue extérieur de l’exposition <em>Les Tournesols</em>, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Vue extérieur de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Vue extérieur de l’exposition <em>Les Tournesols</em>, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Vue extérieur de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Mur de gauche : Laurent Proux sur Jaune Monet (Chromatic® & Seigneurie®), courtoisie Galerie Sémiose, Paris (France). Mur central : Fabio Viscogliosi sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®). Mur de droite : Frédéric Houvert. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Mur de gauche : Laurent Proux sur Jaune Monet (Chromatic® & Seigneurie®), courtoisie Galerie Sémiose, Paris (France). Mur central : Fabio Viscogliosi sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®). Mur de droite : Frédéric Houvert. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Frédéric Houvert, <strong><em>Abies Turner</em></strong>, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221x7x26cm, <strong><em>Abies O Monet</em></strong>, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221xx7x26cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert, Abies Turner, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221x7x26cm, Abies O Monet, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221xx7x26cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Frédéric Houvert, <strong><em>Abies Turner </em></strong>(détail), 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221x7x26cm, <strong><em>Abies O Monet </em></strong>(détail), 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221xx7x26cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert, Abies Turner (détail), 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221x7x26cm, Abies O Monet (détail), 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221xx7x26cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Laurent Proux, sur Jaune Monet (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>Devil night</em></strong>, 2015, huile sur toile, 35x27cm, <strong><em>Bataille dans une</em></strong> <strong><em>poche</em></strong>, 2015, huile sur toile, 35x27cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Laurent Proux, sur Jaune Monet (Chromatic® & Seigneurie®), Devil night, 2015, huile sur toile, 35x27cm, Bataille dans une poche, 2015, huile sur toile, 35x27cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Laurent Proux, sur Jaune Monet (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>Devil night</em></strong>, 2015, huile sur toile, 35x27cm, courtoisie Galerie Sémiose, Paris (France). Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Laurent Proux, sur Jaune Monet (Chromatic® & Seigneurie®), Devil night, 2015, huile sur toile, 35x27cm, courtoisie Galerie Sémiose, Paris (France). Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Laurent Proux, sur Jaune Monet (Chromatic® & Seigneurie®),<strong><em> Bataille dans une</em></strong> <strong><em>poche</em></strong>, 2015, huile sur toile, 35x27cm, courtoisie Galerie Sémiose, Paris (France). Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Laurent Proux, sur Jaune Monet (Chromatic® & Seigneurie®), Bataille dans une poche, 2015, huile sur toile, 35x27cm, courtoisie Galerie Sémiose, Paris (France). Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Fabio Viscogliosi, sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>Giacomo</em></strong>, 2016, acrylique sur toile, 18x25cm, <strong><em>L’Echiquier</em></strong>, 2017,acrylique sur toile, 40x30cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Fabio Viscogliosi, sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®), Giacomo, 2016, acrylique sur toile, 18x25cm, L’Echiquier, 2017,acrylique sur toile, 40x30cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Fabio Viscogliosi, sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>L’Echiquier</em></strong>, 2017,acrylique sur toile, 40x30cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Fabio Viscogliosi, sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®), L’Echiquier, 2017,acrylique sur toile, 40x30cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Fabio Viscogliosi, sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>Giacomo</em></strong>, 2016, acrylique sur toile, 18x25cm. A gauche (dans le bureau) : – Frédéric Houvert Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Fabio Viscogliosi, sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®), Giacomo, 2016, acrylique sur toile, 18x25cm. A gauche (dans le bureau) : – Frédéric Houvert Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>A gauche (dans le bureau): Frédéric Houvert, <em><strong>Laurus Munch</strong></em>, 2015, acrylique sur toile, 30 x 40 cm. Mur de droite: Fabio Viscogliosi, sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>Giacomo</em></strong>, 2016, acrylique sur toile, 18x25cm, <strong><em>L’Echiquier</em></strong>, 2017,acrylique sur toile, 40x30cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

A gauche (dans le bureau): Frédéric Houvert, Laurus Munch, 2015, acrylique sur toile, 30 x 40 cm. Mur de droite: Fabio Viscogliosi, sur Jaune Turner (Chromatic® & Seigneurie®), Giacomo, 2016, acrylique sur toile, 18x25cm, L’Echiquier, 2017,acrylique sur toile, 40x30cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Frédéric Houvert, <strong><em>Sans titre (pochoir)</em></strong>, 2016, porcelaine, silicone noir, 32x22cm chacun. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert, Sans titre (pochoir), 2016, porcelaine, silicone noir, 32x22cm chacun. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Frédéric Houvert, <em><strong>Laurus Munch, </strong></em>2015, acrylique sur toile, 30 x 40 cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert, Laurus Munch, 2015, acrylique sur toile, 30 x 40 cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>De gauche à droite : Frédéric Houvert, <strong><em>Quercus Mondrian</em></strong>, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 220x9x28cm. Daniel Mato, sur Jaune Mondrian (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>sans titre</em></strong>, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm, <strong><em>sans titre</em></strong>, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm. Frédéric Houvert, <strong><em>Abies Turner</em></strong>, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221x7x26cm, <strong><em>Abies O Monet</em></strong>, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221xx7x26cm.Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

De gauche à droite : Frédéric Houvert, Quercus Mondrian, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 220x9x28cm. Daniel Mato, sur Jaune Mondrian (Chromatic® & Seigneurie®), sans titre, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm, sans titre, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm. Frédéric Houvert, Abies Turner, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221x7x26cm, Abies O Monet, 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 221xx7x26cm.Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Daniel Mato sur Jaune Mondrian (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>sans titre</em></strong>, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm, <strong><em>sans titre</em></strong>, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Daniel Mato sur Jaune Mondrian (Chromatic® & Seigneurie®), sans titre, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm, sans titre, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Daniel Mato, sur Jaune Mondrian (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>sans titre</em></strong>, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Daniel Mato, sur Jaune Mondrian (Chromatic® & Seigneurie®), sans titre, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Daniel Mato, sur Jaune Mondrian (Chromatic® & Seigneurie®), <strong><em>sans titre</em></strong>, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Daniel Mato, sur Jaune Mondrian (Chromatic® & Seigneurie®), sans titre, 2017, acrylique sur toile, 33x24cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Frédéric Houvert, <strong><em>Orchidaceae B</em></strong>, 2017, acrylique sur toile, 24x18cm, <strong><em>Quercus Mondrian</em></strong>, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 220x9x28cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert, Orchidaceae B, 2017, acrylique sur toile, 24x18cm, Quercus Mondrian, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 220x9x28cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Frédéric Houvert, <strong><em>Quercus Mondrian </em></strong>(détail), 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 220x9x28cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert, Quercus Mondrian (détail), 2017, peinture acrylique, bois, tissu, céramique, 220x9x28cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Frédéric Houvert, <strong><em>Orchidaceae B</em></strong>, 2017, acrylique sur toile, 24x18cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert, Orchidaceae B, 2017, acrylique sur toile, 24x18cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>A gauche : Frédéric Houvert & Fabio Viscogliosi, <strong><em>Trois Orphelins vs Dracaena</em></strong>, 2017, photocopie, 42×29,7cm. A droite : Frédéric Houvert, <strong><em>Orchidaceae B</em></strong>, 2017, acrylique sur toile, 24x18cm.Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

A gauche : Frédéric Houvert & Fabio Viscogliosi, Trois Orphelins vs Dracaena, 2017, photocopie, 42×29,7cm. A droite : Frédéric Houvert, Orchidaceae B, 2017, acrylique sur toile, 24x18cm.Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Frédéric Houvert & Fabio Viscogliosi, <strong><em>Trois Orphelins vs Dracaena</em></strong>, 2017, photocopie, 42×29,7cm. Vue de l’exposition <em>Les Tournesols,</em> Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Frédéric Houvert & Fabio Viscogliosi, Trois Orphelins vs Dracaena, 2017, photocopie, 42×29,7cm. Vue de l’exposition Les Tournesols, Frédéric Houvert invite Daniel Mato, Laurent Proux, Fabio Viscogliosi. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

fermer
<p>Camille Laurelli, <strong><em>I believe I can fly</em></strong>, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 1’13 ». Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles,</em> Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

Camille Laurelli, I believe I can fly, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 1’13 ». Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>Hugo Exbrayat, <strong><em>Entre deux eaux</em></strong>, 2004, vidéo, couleur, sonore, durée 12″. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

Hugo Exbrayat, Entre deux eaux, 2004, vidéo, couleur, sonore, durée 12″. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>(De gauche à droite) Selim Birsel, <strong><em>Craniopagus conjoined twin mushroom</em></strong>, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 4’47. Mikaël Belmonte, <strong><em>Moteur V8</em></strong>, 2013, Grue d’atelier, écran plasma, sangles. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

(De gauche à droite) Selim Birsel, Craniopagus conjoined twin mushroom, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 4’47. Mikaël Belmonte, Moteur V8, 2013, Grue d’atelier, écran plasma, sangles. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>Baptiste Croze & Léo Durand, <strong><em>Tango Z.A</em></strong>, 2012, vidéo HDV, couleur, sonore, durée 2′. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

Baptiste Croze & Léo Durand, Tango Z.A, 2012, vidéo HDV, couleur, sonore, durée 2′. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>Georges Rey, <strong><em>Fleurs</em></strong>, 1979, Film 16mm, couleur, silencieux, durée 12′. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles,</em> Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

Georges Rey, Fleurs, 1979, Film 16mm, couleur, silencieux, durée 12′. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>(De gauche à droite) Georges Rey, <strong><em>Fleurs</em></strong>, 1979, Film 16mm, couleur, silencieux, durée 12′. Laurent Faulon, <strong><em>Masse critique</em></strong>, 2008, vidéo, couleur, durée 5′. Camille Laurelli, <strong><em>I believe I can fly</em></strong>, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 1’13 ». Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

(De gauche à droite) Georges Rey, Fleurs, 1979, Film 16mm, couleur, silencieux, durée 12′. Laurent Faulon, Masse critique, 2008, vidéo, couleur, durée 5′. Camille Laurelli, I believe I can fly, 2006, vidéo, couleur, sonore, durée 1’13 ». Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

<p>(De gauche à droite) Baptiste Croze & Léo Durand, <strong><em>Tango Z.A</em></strong>, 2012, vidéo HDV, couleur, sonore, durée 2′. Linda Sanchez, <strong><em>11752 mètres et des poussières…</em></strong>, 2014, Film Blu-Ray, couleur, sonore, durée 71′. Vue de l’exposition <em>Les Mondes Parallèles, </em>Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.</p>

(De gauche à droite) Baptiste Croze & Léo Durand, Tango Z.A, 2012, vidéo HDV, couleur, sonore, durée 2′. Linda Sanchez, 11752 mètres et des poussières…, 2014, Film Blu-Ray, couleur, sonore, durée 71′. Vue de l’exposition Les Mondes Parallèles, Galerie Nuage (Maison de France), Sfax, 2016. Photo : Georges Rey, 2016.

fermer
<p>Vue de l’exposition<em> Architecture d’un atome</em>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon.

<p>Juliacks, <b><i>Chapitre 1 : La Ballade de Tribulations Compulsive</i></b> (détail), 2013-2014, encre, estampe monotype, aquarelle sur papier, 50x65cm, série de 34 dessins / impressions. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, Chapitre 1 : La Ballade de Tribulations Compulsive (détail), 2013-2014, encre, estampe monotype, aquarelle sur papier, 50x65cm, série de 34 dessins / impressions. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Juliacks, <b><i>End Leaves</i></b>, acrylique, encre, terre sur toile, 288x159cm. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, End Leaves, acrylique, encre, terre sur toile, 288x159cm. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Hayley Quentin, <b><i>The deep end</i></b>, 2015, peinture sur carton, dimensions variables. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Hayley Quentin, The deep end, 2015, peinture sur carton, dimensions variables. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Juliacks, <b><i>Vantaa & the Infinite Whistle</i></b>, 2012, vidéo, couleur, 5 min 06, Format original : 8mm, transféré en vidéo, série <i>Sifflet Infini</i>. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, Vantaa & the Infinite Whistle, 2012, vidéo, couleur, 5 min 06, Format original : 8mm, transféré en vidéo, série Sifflet Infini. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Juliacks, <b><i>Lyon</i></b> <b><i>Sifflet Infini</i></b>, 2014, vidéo, couleur, 4 min 41, Format original : HD Video, série <i>Sifflet Infini</i>. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, Lyon Sifflet Infini, 2014, vidéo, couleur, 4 min 41, Format original : HD Video, série Sifflet Infini. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Œuvre participative, <b><i>Les masques des conflits culturels</i></b>, installation et performance, carton, peinture, plume, élastique, dimensions variables. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Œuvre participative, Les masques des conflits culturels, installation et performance, carton, peinture, plume, élastique, dimensions variables. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Juliacks, <b><i>Architecture d’un atome</i></b>, 2015, film de fiction, couleur, 62 min, Format original : vidéo HAD, mini DV, 16mm et 8mm. Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Juliacks, Architecture d’un atome, 2015, film de fiction, couleur, 62 min, Format original : vidéo HAD, mini DV, 16mm et 8mm. Vue de l’exposition Architecture d’un atome, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Architecture d’un atome</i>, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Architecture d’un atome, installation et performance participative, Musée d’Art Contemporain, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

fermer
<p>Juliacks, <strong><em>Atlas </em></strong>(détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016</p>

Juliacks, Atlas (détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas</em></strong>, 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Atlas, 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas</em></strong>, 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Atlas, 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas </em></strong>(détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016</p>

Juliacks, Atlas (détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas </em></strong>(détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016</p>

Juliacks, Atlas (détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016

<p>Juliacks, <strong><em>Atlas </em></strong>(détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016</p>

Juliacks, Atlas (détail), 2015, multiple, papier journal, impression numérique en couleur, 37,5×25 cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre, 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre </em></strong>(détail), 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre (détail), 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre </em></strong>(détail), 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre (détail), 2015, sac en tissu, sérigraphie, 35x41cm. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre, 2015, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, affiche, impression numérique en couleur, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

Juliacks, Sans Titre, 2015, affiche, impression numérique en couleur, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>(De gauche à droite) : Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2013, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Juliacks, <strong><em>Sans Titre</em></strong>, 2015, affiche, impression numérique en couleur, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.</p>

(De gauche à droite) : Juliacks, Sans Titre, 2015, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Juliacks, Sans Titre, 2013, affiche, impression numérique en noir et blanc, A3. Juliacks, Sans Titre, 2015, affiche, impression numérique en couleur, A3. Photo : Valentin Defaux / Néon, 2016.

<p>Juliacks, <strong><em>Tableau Vivant</em></strong>, livret, papier, carton, impression numérique en noir et blanc, 20x14cm. Photo : JRM / Néon, 2012.</p>

Juliacks, Tableau Vivant, livret, papier, carton, impression numérique en noir et blanc, 20x14cm. Photo : JRM / Néon, 2012.

fermer
<p>Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Re-re-Garçon-coquillage</i></b>, 2015, peinture à l’huile sur pvc expansé, 143 x 168 cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Re-re-Garçon-coquillage, 2015, peinture à l’huile sur pvc expansé, 143 x 168 cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Familiale-cola-torrent</i></b> (détail), 2015, bois mélaminé blanc, pvc expansé, caramel, encre de seiche, fils de fer, fils d’étain, chevron de bois, boîtes de «Vache qui rit » et mortier, dimensions variables ici : 223 x 323 x 62 cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Familiale-cola-torrent (détail), 2015, bois mélaminé blanc, pvc expansé, caramel, encre de seiche, fils de fer, fils d’étain, chevron de bois, boîtes de «Vache qui rit » et mortier, dimensions variables ici : 223 x 323 x 62 cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>(Du premier au second plan) : Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Tourbillon-donut</i></b>, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm, <b><i>Familiale-cola-torrent</i></b> (détail), 2015, bois mélaminé blanc, pvc expansé, caramel, encre de seiche, fils de fer, fils d’étain, chevron de bois, boîtes de «Vache qui rit » et mortier, dimensions variables ici : 223 x 323 x 62 cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

(Du premier au second plan) : Anthony Jacquot Boeykens, Tourbillon-donut, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm, Familiale-cola-torrent (détail), 2015, bois mélaminé blanc, pvc expansé, caramel, encre de seiche, fils de fer, fils d’étain, chevron de bois, boîtes de «Vache qui rit » et mortier, dimensions variables ici : 223 x 323 x 62 cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Tourbillon-donut</i></b>, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Tourbillon-donut, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Casse-croute</i></b>, 2015, boîte de «Vache qui rit », caramel, fil d’étain, lacet, briquet et ficelle, 15x11cm, <b><i>Tourbillon-donut</i></b>, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Casse-croute, 2015, boîte de «Vache qui rit », caramel, fil d’étain, lacet, briquet et ficelle, 15x11cm, Tourbillon-donut, 2015, boîte de «Vache qui rit » et caramel, 4x11cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

<p>Anthony Jacquot Boeykens, <b><i>Tirage en croix</i></b>, 2014, peinture à l’huile sur pvc expansé, fil de fer, ficelle, carton, pastel à l’huile, 143x168x2cm. Vue de l’exposition <i>Problème et tarot</i>, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.</p>

Anthony Jacquot Boeykens, Tirage en croix, 2014, peinture à l’huile sur pvc expansé, fil de fer, ficelle, carton, pastel à l’huile, 143x168x2cm. Vue de l’exposition Problème et tarot, Néon, Lyon, 2015. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2015.

fermer
<p>Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, image extraite de la vidéo, 45min.</p>

Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, image extraite de la vidéo, 45min.

<p>Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, image extraite de la vidéo, 25min.</p>

Quentin Maussang, commune, 2011, image extraite de la vidéo, 25min.

<p>Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, commune, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, commune, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, commune, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Georges Rey, <strong><em>Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain</em></strong>, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, <strong><em>commune</em></strong>, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition <em>(1991-2011)</em> organisée par Néon<em>,</em> In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Georges Rey, Les Enfants Gâtés de l’Art Contemporain, 1991, vidéo, 45min. Quentin Maussang, commune, 2011, vidéo, 25min. Vue de l’exposition (1991-2011) organisée par Néon, In Extenso, Clermont-Ferrand, 2012. Photo : In Extenso / Néon.

fermer
<p>Simon Bergala, <strong><em>Barnum</em></strong> (détail), 2011, peinture à l’huile toile de barnum tendue sur châssis, 290x240x30cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Barnum (détail), 2011, peinture à l’huile toile de barnum tendue sur châssis, 290x240x30cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>Barnum</em></strong>, 2011, peinture à l’huile toile de barnum tendue sur châssis, 290x240x30cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Barnum, 2011, peinture à l’huile toile de barnum tendue sur châssis, 290x240x30cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>Barnum</em></strong> (détail), 2011, peinture à l’huile toile de barnum tendue sur châssis, 290x240x30cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Barnum (détail), 2011, peinture à l’huile toile de barnum tendue sur châssis, 290x240x30cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>(De gauche à droite) : Simon Bergala, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm, <strong><em>Tiger Oil and Shutter</em></strong>, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm, <strong><em>Unbefestigte Strasse</em></strong>, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

(De gauche à droite) : Simon Bergala, Sans titre, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm, Tiger Oil and Shutter, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm, Unbefestigte Strasse, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Begala, <strong><em>Unbefestigte Strasse</em></strong>, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Begala, Unbefestigte Strasse, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>Tiger Oil and Shutter</em></strong>, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Tiger Oil and Shutter, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Sans titre, 2011, peinture à l’huile sur rideau, 210x100cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>City shell 3</em></strong>, 2009, peinture à l’huile sur toile, 230x220cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, City shell 3, 2009, peinture à l’huile sur toile, 230x220cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>City shell 3</em></strong>, 2009, peinture à l’huile sur toile, 230x220cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, City shell 3, 2009, peinture à l’huile sur toile, 230x220cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2011, peinture à l’huile sur blouson tendu sur châssis, 40x80cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Sans titre, 2011, peinture à l’huile sur blouson tendu sur châssis, 40x80cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>Sans titre</em></strong>, 2011, peinture à l’huile sur T-Shirt tendu sur châssis, 40x80cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Sans titre, 2011, peinture à l’huile sur T-Shirt tendu sur châssis, 40x80cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>Sans titre (le rêve)</em></strong>, 2010, peinture à l’huile sur T-Shirt tendu sur châssis, 40x80cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Sans titre (le rêve), 2010, peinture à l’huile sur T-Shirt tendu sur châssis, 40x80cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong><em>Isolat</em></strong>, 2010, peinture à l’huile sur T-Shirt tendu sur châssis, dimension variable, ici : 70x45cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Isolat, 2010, peinture à l’huile sur T-Shirt tendu sur châssis, dimension variable, ici : 70x45cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong>Caduevo et Bororo</strong>, 2010, peinture à l’huile sur bâche imprimée sur châssis, dimension variable, ici : 200x260cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Caduevo et Bororo, 2010, peinture à l’huile sur bâche imprimée sur châssis, dimension variable, ici : 200x260cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

<p>Simon Bergala, <strong>Caduevo et Bororo </strong>(détail), 2010, peinture à l’huile sur bâche imprimée sur châssis, dimension variable, ici : 200x260cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.</p>

Simon Bergala, Caduevo et Bororo (détail), 2010, peinture à l’huile sur bâche imprimée sur châssis, dimension variable, ici : 200x260cm. Vue de l’exposition de Simon Bergala, Néon, Lyon, 2011. Photo : JAC / Néon.

fermer
<p>Olivier Morvan, <strong><em>Appel</em></strong>, 2010, sérigraphie à 60 exemplaires numérotés et signés, 102x70cm. Vue de l’exposition <em>Points Noirs</em>, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon, 2010.</p>

Olivier Morvan, Appel, 2010, sérigraphie à 60 exemplaires numérotés et signés, 102x70cm. Vue de l’exposition Points Noirs, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon, 2010.

<p>Olivier Morvan, <strong><em>Citadelle</em></strong>, 2007, dessin sur papier, 105x70cm. Vue de l’exposition <em>Points Noirs</em>, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon, 2010.</p>

Olivier Morvan, Citadelle, 2007, dessin sur papier, 105x70cm. Vue de l’exposition Points Noirs, Néon, Lyon, 2010. Photo : JAC / Néon, 2010.

fermer
<p>Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, <strong><em>House for Donald</em></strong>, 2009, rails pour placo BA13 peints, carottes, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, House for Donald, 2009, rails pour placo BA13 peints, carottes, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, <strong><em>Flowing Flowers</em></strong>, 2009, placo BA13, papier, orchidée, vase, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, Flowing Flowers, 2009, placo BA13, papier, orchidée, vase, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, <strong><em>Flowing Flowers</em></strong>, 2009, placo BA13, papier, orchidée, vase, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, Flowing Flowers, 2009, placo BA13, papier, orchidée, vase, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, <strong><em>Autoportrait SF</em></strong>, 2009, impression sur placo BA13, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, Autoportrait SF, 2009, impression sur placo BA13, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, <strong><em>Autoportrait JAC</em></strong>, 2009, impression sur placo BA13, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, Autoportrait JAC, 2009, impression sur placo BA13, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu et Jean-Alain Corra, <strong><em>Fruits</em></strong> (détail), 2009, placo BA13 monté sur rails peints, fruits, bois, vis, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu et Jean-Alain Corra, Fruits (détail), 2009, placo BA13 monté sur rails peints, fruits, bois, vis, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Jean-Alain Corre, <strong><em>Driller-Killer</em></strong>, 2009, gingembre, citron vert, vis, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Jean-Alain Corre, Driller-Killer, 2009, gingembre, citron vert, vis, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Jean-Alain Corre, <strong><em>Driller-Killer</em></strong>, 2009, gingembre, citron vert, vis, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Jean-Alain Corre, Driller-Killer, 2009, gingembre, citron vert, vis, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu, <strong><em>Lost In…</em></strong>, 2009, vestiges de « L’inconstance du lépisme dans la mastication des contemporains », dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu, Lost In…, 2009, vestiges de « L’inconstance du lépisme dans la mastication des contemporains », dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu, <strong><em>Lost In…</em></strong>, 2009, vestiges de « L’inconstance du lépisme dans la mastication des contemporains », dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu, Lost In…, 2009, vestiges de « L’inconstance du lépisme dans la mastication des contemporains », dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Jean-Alain Corre, <strong><em>Prouffff</em></strong>, 2009, impression numériques sur aluminium, branche de plante verte, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Jean-Alain Corre, Prouffff, 2009, impression numériques sur aluminium, branche de plante verte, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, <strong><em>Conspiracy Against…</em></strong> (détail), 2009, barre en aluminium, impression numérique sur gélatine, sangle, madeleine, litchi, olive noire, cure dent, noix de coco, post-it, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, Conspiracy Against… (détail), 2009, barre en aluminium, impression numérique sur gélatine, sangle, madeleine, litchi, olive noire, cure dent, noix de coco, post-it, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, <strong><em>Conspiracy Against…</em></strong> (détail), 2009, barre en aluminium, impression numérique sur gélatine, sangle, madeleine, litchi, olive noire, cure dent, noix de coco, post-it, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, Conspiracy Against… (détail), 2009, barre en aluminium, impression numérique sur gélatine, sangle, madeleine, litchi, olive noire, cure dent, noix de coco, post-it, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, <strong><em>Conspiracy Against…</em></strong> (détail), 2009, barre en aluminium, impression numérique sur gélatine, sangle, madeleine, litchi, olive noire, cure dent, noix de coco, post-it, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Simon Feydieu et Jean-Alain Corre, Conspiracy Against… (détail), 2009, barre en aluminium, impression numérique sur gélatine, sangle, madeleine, litchi, olive noire, cure dent, noix de coco, post-it, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Jean-Alain Corre, <strong><em>La porte de la matrice ++,</em></strong> 2009, matériaux divers, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Jean-Alain Corre, La porte de la matrice ++, 2009, matériaux divers, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Jean-Alain Corre, <strong><em>La porte de la matrice ++</em></strong> (détail), 2009, matériaux divers, dimensions variables. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Jean-Alain Corre, La porte de la matrice ++ (détail), 2009, matériaux divers, dimensions variables. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

<p>Jean-Alain Corre, <strong><em>Aridland</em></strong>, 2009, impression jet d’encre, 3,6×1,5m. Vue de l’exposition <em>Mineral Murder,</em> Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.</p>

Jean-Alain Corre, Aridland, 2009, impression jet d’encre, 3,6×1,5m. Vue de l’exposition Mineral Murder, Néon, Lyon, 2009. Photo : JAC.

fermer