Actualité,

Actuellement dans La Boîte !

Now at La Boîte !

Hugo Laporte
Les mains de l’abîme
17.05 > 15.08.2018

Hugo Laporte
Les mains de l’abîme
17.05 > 15.08.2018

Hugo Laporte
Les mains de l’abîme
17.05 > 15.08.2018

fermer

No More…
22.12.2017 › 21.03.2018
Damir Radović

zoom

Dancing in the Studio
10.02.17 › 15.04.17
Pedro Barateiro

zoom
<p>Damir Radović, <strong><em>No More…</em></strong>, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, <em>No More…</em>, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.</p>

Damir Radović, No More…, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, No More…, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.

<p>Damir Radović, <strong><em>No More…</em></strong>, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, <em>No More…</em>, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.</p>

Damir Radović, No More…, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, No More…, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.

<p>Damir Radović, <strong><em>No More…</em></strong>, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, <em>No More…</em>, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.</p>

Damir Radović, No More…, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, No More…, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.

<p>Damir Radović, <strong><em>No More…</em></strong>, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, <em>No More…</em>, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.</p>

Damir Radović, No More…, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, No More…, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.

<p>Damir Radović, <strong><em>No More…</em></strong>, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, <em>No More…</em>, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.</p>

Damir Radović, No More…, 2017 – banderoles imprimées – Dimensions variables, ici : 14 pièces, 70x500cm chacune. Vue de l’exposition, No More…, Néon, Lyon, 2017. Photo : Anne Simonnot, 2017.

fermer
<p>Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : exposition <em>Dancing in the Dtudio</em>, 2017. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : exposition Dancing in the Dtudio, 2017. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : <strong><em>Systems and Fingers</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : Systems and Fingers, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : <strong><em>Systems and Fingers</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : Systems and Fingers, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : exposition <em>Dancing in the Dtudio</em>, 2017. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.</p>

Pedro Barateiro, vue de l’extérieur : exposition Dancing in the Dtudio, 2017. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017.

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite :<strong><em> Relaxed Systtems</em></strong>, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin, <strong><em>Rumor Bench III</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm, <strong><em>Dancing in the Studio (Protest), </em></strong>2016<strong>,</strong> MDF, ciment, vernis, impression numérique sur Dos bleu, 176x246cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Relaxed Systtems, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin, Rumor Bench III, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm, Dancing in the Studio (Protest), 2016, MDF, ciment, vernis, impression numérique sur Dos bleu, 176x246cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite :<strong><em> Relaxed Systtems</em></strong>, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin, <strong><em>Rumor Bench III</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Relaxed Systtems, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin, Rumor Bench III, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Relaxed Systtems</em></strong>, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Relaxed Systtems, 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Relaxed Systtems </em></strong>(détail), 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Relaxed Systtems (détail), 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Relaxed Systtems </em></strong>(détail), 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Relaxed Systtems (détail), 2017, Porte – manteau, acrylique et encre de Chine sur lin. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite :<strong><em> Rumor Bench III</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm, <strong><em>Dancing in the Studio (Protest)</em></strong>, 2016 – MDF, ciment, vernis, impression numérique sur Dos bleu, 176x246cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Rumor Bench III, 2017, MDF, bois, ciment, vernis – 228x50x45cm, Dancing in the Studio (Protest), 2016 – MDF, ciment, vernis, impression numérique sur Dos bleu, 176x246cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue du bureau : <strong><em>Geometria e Exotismo</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue du bureau : Geometria e Exotismo, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue du bureau : <strong><em>Geometria e Exotismo</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue du bureau : Geometria e Exotismo, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue de la montée d’escalier : <strong><em>Rumour Workers Hat</em></strong> et <strong><em>Change the Algorithm</em></strong>, images issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue de la montée d’escalier : Rumour Workers Hat et Change the Algorithm, images issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, vue de la montée d’escalier : <strong><em>Rumour Workers Hat</em></strong> et <strong><em>Change the Algorithm</em></strong>, images issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, vue de la montée d’escalier : Rumour Workers Hat et Change the Algorithm, images issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite : <strong><em>Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) </em></strong>(détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’, <strong><em>Rumor Bench IV</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis, 143x32x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) (détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’, Rumor Bench IV, 2017, MDF, bois, ciment, vernis, 143x32x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite : <strong><em>Today our eyes are closed</em></strong>, 2010, film 16mm converti en vidéo, noir et blanc, son, 10’13’’ (et <strong><em>Currency, currency</em></strong>, 2016, animation vidéo, couleur, son, 5’55’’), <strong><em>Rumor Bench IV</em></strong>, 2017, MDF, bois, ciment, vernis, 143x32x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Today our eyes are closed, 2010, film 16mm converti en vidéo, noir et blanc, son, 10’13’’ (et Currency, currency, 2016, animation vidéo, couleur, son, 5’55’’), Rumor Bench IV, 2017, MDF, bois, ciment, vernis, 143x32x45cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, de gauche à droite : <strong><em>Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) </em></strong>(détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’, <strong><em>Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, de gauche à droite : Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) (détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’, Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s</em></strong>, image issue du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s, image issue du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, à gauche : <strong><em>Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s</em></strong>, à droite, vue des toilettes : <strong><em>Duvida Press Book Cover</em></strong>, images issues du tumblr <em>The Sad Savages</em>, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, à gauche : Demonstration Against Nuclear Power in Lisbon 1980’s, à droite, vue des toilettes : Duvida Press Book Cover, images issues du tumblr The Sad Savages, 2012-…, impression numérique, 60x40cm, chacune. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

<p>Pedro Barateiro, <strong><em>Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) </em></strong>(détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).</p>

Pedro Barateiro, Prova de Resistência (Epreuve d’endurance) (détail), 2012, texte, une (ou deux) personne(s), un microphone avec pied et amplification. approx. 15’. Photo : Anne Simonnot / Néon, 2017. Courtoisie Galerie Filomena Soares, Lisbonne (Portugal).

fermer